News

Initiative de limitation La CIP-N recommande le rejet

La Commission des institutions politiques du Conseil national (CIP-N) recommande le rejet de l’initiative «pour une immigration modérée» (initiative de limitation), qui demande la résiliation de la libre circulation des personnes. Cette décision a été prise par 16 voix contre 8. Les opposants à l’initiative craignent qu’une acceptation de l’initiative ne menace les accords bilatéraux avec l’Union européenne. Le plénum du Conseil national se penchera sur cette initiative durant la session d’automne.

Shanghai Ranking 2019 Cinq universités suisses dans le top 100

Dix hautes écoles suisses sont classées dans le Shanghai Ranking 2019. Comme l’année dernière, l’ETH de Zurich occupe la 19ème position. Les universités de Genève (58ème) et de Zurich (61ème), ainsi que l’EPFL (78ème) et l’Université de Bâle (87ème) se trouvent aussi dans le top 100. L’Université de Berne est classée entre la 101ème et la 150ème place; l’Université de Lausanne entre la 151ème et la 200ème et l’Université de Fribourg entre la 401ème et la 500ème place. L’Université de la Suisse italienne (501-600) et l’Université de Neuchâtel (901-1000) figurent parmi les 1000 meilleures hautes écoles.

Milliard de cohésion La CPE-N reporte sa décision

Par 17 voix contre 8, la Commission de politique extérieure du Conseil national (CPE-N) a décidé de reporter au quatrième trimestre 2019 sa décision concernant les divergences restantes liées à la deuxième contribution de la Suisse visant à réduire les disparités économiques et sociales dans l’UE (milliard de cohésion). D’ici là, la commission demande des clarifications supplémentaires au Conseil fédéral et à l’administration. La CPE-N veut notamment éclaircir les questions ouvertes dans le domaine de la promotion de la formation, avant qu’une réintégration de la Suisse au programme Erasmus ne soit envisagée.

Point de vue

L’Europe, un partenaire indispensable

Isabelle Chevalley
Conseillère nationale, membre du Team politique FUTURE

Dans le domaine de la recherche, nos concurrents ce n’est pas l’Europe mais les USA et l’Asie. Dans ce contexte, nos relations avec l’UE sont fondamentales. La Suisse a toujours été un pilier de l’espace européen de la recherche. On peut penser au CERN, à l’Observatoire européen austral (ESO) et à l’Agence spatiale européenne (ESA) où la Suisse a été parmi les membres fondateurs.

Si notre pays se retrouve exclu des programmes de recherche européens, il deviendra moins attractif pour les talents mondiaux et les impacts sur notre économie ne tarderont pas à se faire sentir. La fuite des cerveaux entraînerait immanquablement une diminution de notre compétitivité, une fuite des entreprises innovantes et bien sûr une baisse des investissements.
 
Le programme de recherche Horizon 2020 est le plus grand programme au monde basé exclusivement sur l’excellence scientifique. Rappelons qu’en Suisse, un franc sur trois provient d’un encouragement de la recherche compétitif de l’UE. Les hautes écoles suisses sont souvent en bonne position lors de l’octroi des prestigieux encouragements du Conseil européen de la recherche. L’Europe est un partenaire économique important de la Suisse mais l’Europe est également un partenaire important pour la recherche. Évitons que des différends politiques mettent en danger un domaine où tout le monde y gagne.